Nous avons connu le Web 1.0 puis le Web 2.0, c’est aujourd’hui au tour du Web 3.0 de faire son apparition. Il désigne une version décentralisée d’internet qui porte sur la blockchain et la décentralisation. Tandis que le Web 2.0 nous a conquis par son avancée fulgurante avec notamment l’apparition des réseaux sociaux et des sites web dynamiques, le Web 3.0 connaît lui aussi une transition technologique sans précédent. En effet, il permettra à chaque internaute de pouvoir gérer et contrôler ses identités numériques et données personnelles de lui-même, sans la centralisation dans des centres de données (data centers).

Liberté, transparence, sécurité et vérifiabilité sont les maîtres mots du Web 3.0. Cependant, comment cette nouvelle technologie va-t-elle s’organiser concrètement ? Le développement du Web 3.0 est encore en phase de recherche et de travail. Toutefois, en 2022, nous utilisons déjà des fonctionnalités qui serviront de base à cette nouvelle ère technologique. Cette évolution ne sera pas sans risques, ainsi quelques garde-fous devront être mis en place afin de ne pas franchir la barrière légale.

L’évolution du web : du Web 1.0 au Web 3.0

Depuis plusieurs dizaines d’années, Internet s’est révolutionné. Nous sommes passés par différentes phases de progression. Ces évolutions nous ont fait connaître de nouvelles technologies telles que la cryptomonnaie et la blockchain. Internet est aujourd’hui un élément essentiel dans notre société. Nous avons connu le Web 1.0 et le Web 2.0, que devons-nous attendre du Web 3.0 ?

Si le Web 1.0 proposait une expérience statique aux utilisateurs ne leur permettant pas de créer des sites internet riches en contenus, le Web 2.0 a permis d’arriver à un certain niveau de qualité sur le web, au prix toutefois d’une centralisation dans des centres de données, appartenant bien souvent à des multinationales.

Lorsque l’on s’attarde à l’histoire d’internet, l’évolution technologique vers un Web Sémantique (ou 3.0) a du sens. Dans un premier temps, les données étaient présentées de façon statique aux utilisateurs. Par la suite, les utilisateurs ont pu interagir de manière dynamique avec leurs données. Grâce au Web 3.0, ils verront leur expérience utilisateur enrichie grâce aux algorithmes qui leur apporteront une navigation sur Internet davantage personnalisée. Les internautes profiteront d’un accès à Internet plus individuel qui prendra en compte leur profil, leurs habitudes et leur navigation, de la même manière que les sites de streaming (Netflix, Prime Vidéo, Youtube) qui s’appuient déjà sur les algorithmes pour enrichir l’expérience utilisateur.

Qu’est-ce que le Web 3.0 ?

Nouvelle génération d’Internet, le Web 3.0 repose principalement sur l’intelligence artificielle et la technologie blockchain en permettant aux utilisateurs un meilleur contrôle de leurs données en ligne.

Le Web 3.0 va nous permettre petit à petit de contrôler nos informations en ligne. Cette nouvelle version d’internet permettra de traiter facilement du contenu généré par les utilisateurs et de proposer des modes d’interaction davantage immersifs. Grâce au Web 3.0, nous obtiendrons plus facilement des informations personnalisées du fait de l’utilisation de l’intelligence artificielle et de toutes les techniques avancées.

Par définition, les nombreuses fonctionnalités du Web 3.0 permettront d’accéder à un certain niveau de technologie. Les internautes ne disposeront d’aucun point de contrôle central, ils obtiendront des données plus précises grâce aux analyses des algorithmes et verront donc leur navigation sur le web plus efficace. Le Web 3.0 s’inspirera de l’expérience utilisateur pour améliorer les publicités proposées aux internautes. Les tchatbots aujourd’hui présents sur de nombreux sites marchands seront améliorés pour offrir une expérience nettement supérieure aux utilisateurs.

Si le Web 3.0 est encore en cours de développement, il convient de rappeler que nous utilisons déjà aujourd’hui des outils qui composeront ce Web sémantique. En effet, les assistants virtuels Siri ou encore Alexa sont des assistants qui cochent déjà les cases des améliorations du Web 3.0. En effet, leur utilisation dépend de l’intelligence artificielle par nos habitudes et le profil que l’on définit auprès de ces outils. La centralisation de nos objets connectés est également l’une des principales fonctionnalités du Web 3.0. Aujourd’hui déjà, nous pouvons sur un même appareil relier notre système de chauffage ou de climatisation, notre télévision, nos appareils multimédias ou nos volets électriques afin de les contrôler de manière intelligente et connectée à distance.

Web 3.0 : qu’en est-il de la protection des données ?

Sujet central au cœur de cette évolution technologique, la protection des données permet de mieux envisager l’avenir du web. L’un des principaux objectifs du Web 3.0 est de permettre aux utilisateurs de reprendre le contrôle de leurs données personnelles en misant sur l’identité numérique décentralisée.

Le Web 3.0 est soumis à un cadre réglementaire strict avec le règlement RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données). Grâce à la technologie SSI (Self Sovereign Identity), l’internaute pourra contrôler son identité numérique sans avoir besoin de l’intervention d’une tierce personne.

Les avantages du Web 3.0

Le Web sémantique, ou Web 3.0, offre une utilisation plus intuitive d’internet. La richesse des contenus sur le web sera renforcée et plus instinctive. Grâce à l’intelligence artificielle, le web comprendra mieux nos requêtes, nos habitudes et notre profil. Ainsi, il nous proposera des recherches associées à notre personnalité. La recherche vocale sera améliorée afin de proposer des réponses plus précises et plus appropriées à nos besoins.

Autre avantage, et pas des moindres du Web 3.0, c’est le fait de posséder un profil unique qui remplacera la multiplicité des comptes. Plus précisément, l’utilisateur pourra utiliser son profil unique pour accéder à la totalité des plateformes tout en restant propriétaire des informations fournies. Ainsi, les internautes n’auront plus besoin de créer un profil par plateforme à laquelle ils souhaitent se connecter, mais pourront utiliser leur profil unique.

Ces nombreux avantages permis par le Web 3.0 seront le fruit d’importantes avancées technologiques qui rendront plus agréable notre navigation sur le web.

La décentralisation

Si les avancées technologiques du Web 2.0 ont été appréciées des internautes, celles-ci ont été mises en place au prix de la centralisation. Le Web 3.0 prévoit dans ses nombreuses évolutions une décentralisation fortement appréciée de ses utilisateurs. Cette évolution d’Internet permet d’héberger les données personnelles auprès des internautes eux-mêmes. Cela constitue une réelle avancée puisque dans l’ère numérique précédente, les données étaient hébergées dans des centres de données apprenant à des grandes multinationales.

L’identité augmentée (identité numérique décentralisée) permet aux utilisateurs d’avoir un contrôle total de leurs données personnelles et de garantir leur sécurité. Le Web 3.0 permettra de développer des solutions fortes de vérification de l’identité client, de sécurisation des données personnelles et d’accès simplifié aux différents services.

La blockchain

La blockchain est l’une des principales innovations du Web 3.0. La blockchain désigne un lot d’applications diverses décentralisées et de stockage de données. En effet, l’un de ses atouts est de stocker et de transmettre des informations à partir d’une base de données partagée au même moment avec tous les utilisateurs.

La visualisation 3D

En matière d’apparence numérique, le Web 3.0 promet de réelles avancées appréciables des internautes. Le renforcement de l’apparence d’internet permettra d’aboutir à des environnements 3D, des outils de réalité virtuelle et une meilleure intuitivité dans la navigation. Concrètement, les rencontres via les jeux vidéo évolueront vers le 3D, le métavers sera l’un des incontournables dans cette ère technologique.

Quel est le lien entre la cryptomonnaie et le Web 3.0 ?

Construit à partir de la Blockchain, le Web 3.0 est utilisé pour contrôler le fonctionnement d’applications mais également pour la cryptomonnaie. Dans le rôle de la décentralisation permise par le Web 3.0, les actifs numériques auront un rôle important à jouer.

En effet, les cryptomonnaies pourraient aider à forger un nouvel écosystème Web 3.0. Ainsi, elles permettraient d’obtenir trois qualités importantes du Web 3.0 : la décentralisation, l’absence de permis et l’absence de confiance. La cryptomonnaie dispose d’un rôle crucial dans l’ère du Web 3.0. Elle serait effectivement susceptible d’être destinée aux services publics mais également aux open source.

Le Web 3.0 permettra des améliorations notables dans la gestion des cryptomonnaies. En effet, chaque utilisateur pourra créer un portefeuille sur lequel il obtiendra un contrôle total pour effectuer ses transactions et agir comme identité numérique (c’est aujourd’hui déjà le cas, même si cela reste assez hermétique pour le commun des mortels). Le fait de posséder des données sur une blockchain et de réaliser des transactions décentralisées offrira de nouvelles économies numériques. Les utilisateurs verront une amélioration de leur accès aux services financiers et pourront échanger plus simplement des biens, des services et du contenu.

Web 3.0 : quels pourraient être les risques ?

Si le Web 3.0 présente bon nombre d’avantages en matière d’avancée technologique, il peut néanmoins présenter des risques. Comme annoncé auparavant, l’un des pionniers du Web 3.0 est la décentralisation. Cette décentralisation présente des failles qui pourraient être détournées par des individus mal intentionnés.

Sans garde-fou, le Web 3.0 risque en effet de permettre un détournement des usages des cryptomonnaies et de l’utilisation de NFT qui pourrait mener à du blanchiment d’argent. Aussi, certaines conservations de données pourraient échapper aux institutions et à l’application de la législation : droit d’auteur, contenus illicites, contrefaçon… etc.

 

Faites vous accompagner par un avocat spécialisé propriété intellectuelle et informatique, NFT et crypto à Paris, pour vous projets ou litiges Web 3.0

NFT et droit d’auteur : les précautions à prendre